CONSEILS BRONZAGE

Sommaire (cliquez pour accèder plus rapidement):

- Nos conseils
- Questions / Réponses
- Infos / Intox
 
Nos Conseils
Pour obtenir un bronzage intense et le garder, voici ce que nous vous conseillons :
 
1 Prenez conscience de votre phototype et soyez raisonnable : mieux vaut de courtes séances régulières plutôt que des séances longues trop espacées. Demandez à notre personnel de définir avec vous votre phototype (carnation de peau).
Vous pouvez également déterminer votre phototype depuis le tableau d'information
 
2 Commencez par des séances rapprochées, à raison de 2 à 3 par semaine (espacées obligatoirement de 48H) jusqu'à atteindre le hâle souhaité. Il vous suffira ensuite de l'entretenir à raison d'une séance par semaine.
 
3 Pensez à vous hydrater. N'oubliez pas de boire mais également d'appliquer une crème hydratante sur le visage et le corps afin de prolonger votre bronzage et le rendre plus beau, tout en conservant une peau souple et en bonne santé. Vous pouvez aussi effectuer un gommage corporel 1 fois par semaine afin d'uniformiser votre bronzage. Pour un bronzage plus rapide, vous pouvez utiliser un accélérateur de bronzage adapté disponible en magasin ou sur notre boutique en ligne.
 
Et en saison… 
Au PRINTEMPS
Faire des séances de bronzage au printemps aide à préparer votre peau à l'approche des beaux jours. De plus, ce moment de relaxation vous aidera à récupérer de la fatigue entrainée par l'hiver.
En ÉTÉ
L'été est une période idéale pour préparer votre peau au soleil mais aussi pour intensifier votre bronzage.
En AUTOMNE
Bronzer en automne va entretenir et prolonger votre bronzage de l'été mais aussi vous aidera à démarrer la rentrée de bon pied en abordant une mine radieuse.
En HIVER
L'hiver est une période bien souvent détestée pour tous ses effets sur notre organisme : mauvaise humeur, morosité, manque de tonus, petite mine... Bronzer devient alors un moment de repos, vous permettant de sortir de votre séance détendu, d'avoir bonne mine et d'être plus dynamique !
 

 

Questions / Réponses

Il ne suffit pas de se glisser simplement dans un solarium pour bronzer. Vous trouverez ci-dessous quelques conseils bronzage à respecter pour pleinement profiter de votre séance de bronzage.

En quoi consiste le rayonnement ultraviolet ?

Situé dans des longueurs d'ondes comprises entre 280 et 400 nanomètres (nm) le rayonnement Ultraviolet est composé de 3 types de rayons : l'UVC, l'UVB et l'UVA. Il est invisible mais plus sa longueur d'onde est faible, plus il est énergétique.

Les rayons UVC
Leur longueur d'onde est courte, la quasi-totalité est filtrée par la couche d'ozone atmosphérique. Des lampes spéciales émettant exclusivement dans cette bande de fréquence sont utilisées dans les hôpitaux pour stériliser le matériel chirurgical. Les lampes utilisées pour le bronzage n'émettent pas ce type de rayonnement.

Les rayons UVB
Leur longueur d'onde est située dans la bande de 280 à 320 nm (nanomètres). Ils stimulent la production de mélanine dans l'épiderme. De part leur énergie ils peuvent, en cas de dépassement de la dose érythémale minimale (DEM), provoquer l'érythème solaire (rougeur).

Les rayons UVA 
Leur longueur d'onde est située dans la bande de 320 à 400 nm. Ils contribuent à la pigmentation des mélanocytes crées par les UVB. Ils peuvent atteindre les couches inférieures de la peau.Grâce aux technologies très avancées utilisées dans la fabrication des lampes à bronzer, il est actuellement possible de doser la quantité de rayons UVA et UVB émise et de reproduire ainsi le rayonnement solaire en minimisant les risques d'érythèmes et d'insolations communément appelés "coups de soleil".

Qu'est-ce que le bronzage ?

La capacité de développer un bronzage est influencée par la prédisposition de chacun. Toutefois, le processus est le même pour tous.

Au contact des UVB, les mélanocytes produisent la mélanine, des pigments bruns qui s'agglutinent autour des noyaux des cellules de kératine protégeant ainsi l'ADN. L'épiderme s'épaissit et forme un écran naturel contre les surexpositions.

Puis les UVA oxydent et obscurcissent la mélanine déterminant ainsi le degré de bronzage. Celui-ci s'estompe progressivement lorsque les cellules de l'épiderme migrent vers la surface de la peau, au bout de 28 jours environ.

Bronzer à l'extérieur ou à l'intérieur, est-ce pareil ?

Bien que le rayonnement ultraviolet s'apparente dans les deux situations, on ne peut jamais prévoir exactement l'intensité d'un bronzage pris à l'extérieur en raison de facteurs changeants : heure du jour, temps de l'année, altitude, ennuagement, pollution, vent, déplétion de la couche d'ozone, proximité de l'équateur, agents réflecteurs, etc. Dans un centre de bronzage, les résultats sont contrôlés, donc prévisibles.

Grâce à une technologie des plus sophistiquées permettant un savant dosage de rayons UVA et UVB, les lits de bronzage simulent la radiation solaire en minimisant les risques d'érythèmes et d'insolations communément appelés "coups de soleil". Rajoutons que les appareils mis à la disposition de notre clientèle émettent pour l'essentiel des rayons UVA. Nous reproduisons un soleil sécuritaire. En France la réglementation nous impose des lampes avec un maximum de 1.5 % d'UVB, les UVB les plus nocifs sont quant à eux filtrés ; par ailleurs la nocivité des UVA est potentialisée par les Infrarouges qui eux ne sont pas émis par nos lampes. En cabine les rayons les plus nocifs sont filtrés. Pour obtenir le même résultat esthétique que 20 minutes en cabine UV, il faudrait vous exposer environ 1 heure et demie au soleil des plages du sud de la France, mais vous auriez alors un risque de brûlure multiplié par 12 !

Comment évaluer un salon de bronzage ?

Depuis le 30 mai 1997 tous les Centres de bronzage et les Instituts de beauté exploitant des Cabines de Bronzage sont soumis à la réglementation du décret n° 97-617.

La législation française, une des plus strictes au monde, exige que le personnel recevant des consommateurs du bronzage en cabine, ait reçu une formation agréée par l’Etat. Muni de ce diplôme ce personnel est tout naturellement qualifié pour vous donner les meilleurs conseils.

Pour votre sécurité et votre confort, voici comment évaluer le sérieux d'un Centre de bronzage. À votre première visite, le conseiller identifie votre type de peau. Il en existe 6, bien que seuls les 4 premiers soient majoritairement présents en Europe. Le premier étant le plus pâle, le sixième correspondant aux peaux noires. Il s'informe de vos récents antécédents en matière de bronzage. Il vous vend des lunettes protectrices spéciales UV et insiste pour que vous les portiez, en aucun cas il ne vous les prête pour des raisons d’hygiène.

Le conseiller vous suggère un appareil et un temps d'exposition correspondant à votre pigmentation actuelle. La durée de la séance est contrôlée par une minuterie. Il vous avise que les séances doivent être espacées d'au moins 48 heures. Il s'enquiert de savoir si vous prenez des médicaments et vous énumère les agents photosensibilisants contre-indiqués afin de prévenir toute réaction allergique adverse: psoralène, tranquillisants, antibiotiques, le panneau des phototypes et la liste des médicaments prohibés sous UV naturels ou artificiels doit être affiché dans chaque cabine.

Votre cabine et lit de bronzage doivent être impeccables. L'acrylique sur lequel vous allez vous étendre ne présente aucune fissure. Le conseiller vous montrera le fonctionnement de l'appareil. N'hésitez pas à lui demander s'il utilise un désinfectant germicide et fongicide. Assurez vous également que le banc est nettoyé avec du papier à usage unique.

Se faire bronzer dans un lit de bronzage, est-ce dangereux pour le cancer de la peau ?

Voilà une question souvent posée et une conception très répandue qui mérite une réponse adéquate. On ne connaît pas tout du cancer de la peau, mais on sait qu'il fait suite à une longue irritation d'un tissu. Le cancer est la phase finale dans l’évolution de la maladie. La maladie (1) débute par une IRRITATION. Les tissus de défendent contre cette irritation par l’inflammation de la peau. Si l’irritation se répète souvent, la phase suivante est L’ULCÉRATION. En somme, on assiste à un tissu (la peau) qui est littéralement rongé par un agent irritant (le soleil). (2) La phase suivante est la SCLÉROSE ou L’INDURATION. À ce moment-là, le tissu tente de se protéger en se formant une carapace. En même temps, il perd de la vitalité. (3) La phase suivante est la TUMÉFACTION. Les tumeurs ne sont en fait qu’un effort pour enkyster (envelopper) des déchets irritants. (4) Finalement, la dernière phase dans l’évolution de la maladie est la CANCÉRISATION où le tissu (la peau) perd la capacité de contrôler ses cellules. Ces cellules se multiplient alors d’une façon anarchique. Toutes ces phases résultent finalement de l’irritation.

Il est bien évident que les rayons UVB peuvent exercer une certaine irritation (causer le coup de soleil). Mais la peau est dotée d’un mécanisme de défense en augmentant sa mélanine afin de neutraliser ces rayons.

Voilà pourquoi il ne faut jamais atteindre un érythème lors d’une séance. Par conséquent, si on n’abuse pas des rayons ultraviolets, l’irritation n’est ni intense, ni permanente. Ce n’est donc pas suffisant pour causer le cancer.

LES INDIVIDUS AYANT DÉJÀ EU UN CANCER DE LA PEAU NE DOIVENT ABSOLUMENT PAS S'EXPOSER AU BRONZAGE EXTÉRIEUR OU EN CABINE. 

Pourquoi ai-je des picotements de la peau au début de la séance ?

L’exposition peut en effet provoquer au début d’une séance, et même les deux ou trois premières séances, une sorte de picotement au niveau de la peau. C’est la preuve que la peau n’est pas habituée à l’exposition solaire. On assiste donc à une augmentation de la circulation sanguine, laquelle provoque le picotement. Ce phénomène n’est pas dangereux et est tout à fait normal. Il indique cependant de prendre de courtes séances et d’appliquer un « après soleil » afin d’hydrater la peau.
Leur longueur d'onde est courte, la quasi-totalité est filtrée par la couche d'ozone atmosphérique. Des lampes spéciales émettant exclusivement dans cette bande de fréquence sont utilisées dans les hôpitaux pour stériliser le matériel chirurgical. Les lampes utilisées pour le bronzage n'émettent pas ce type de rayonnement. 

Les ultraviolets font-ils vieillir la peau plus vite ?

S’il y a des abus dans la fréquence des expositions, oui. Pour donner le temps nécessaire aux fibres d’élastine et de collagène de revenir à leur forme initiale suite à une exposition, c’est-à-dire 24 heures pour les lits solaires et 48 heures pour les faciaux, il est prudent d’espacer les séances de 48 heures. Lorsqu’une personne s’expose modérément aux ultraviolets et qu’elle hydrate bien sa peau avant et après une séance, il n’y a aucun problème de vieillissement de la peau.

Est-ce dangereux quand je rougis ?

Pas nécessairement. C’est le signe que la peau a reçu suffisamment d’ultraviolets. Par contre, si la peau est anormalement rouge et demeure rouge le lendemain, c’est que la séance était trop longue. Il faut alors attendre que la peau perde toute sa rougeur et il faut réduire quelque peu le temps d’exposition lors de la prochaine séance.

Puis-je me faire bronzer si je souffre de la couperose ?

Allez-y doucement et, quelques heures après l'exposition, surveillez bien votre peau aux endroits où la couperose est le plus accentuée. Si ces endroits deviennent trop rouges, il serait préférable de couvrir ces régions durant la prochaine séance afin d'éviter d’accentuer la couperose.

J'arrive du sud et je pèle, est-ce que je peux me faire bronzer quand même ?

Le fait de peler fait perdre à la peau une partie de sa mélanine et la rend plus sensible. Il faut alors laisser la peau se reposer et se cicatriser. Une fois qu’elle ne pèle plus, on peut reprendre le bronzage mais en recommençant très lentement et prudemment. Cette peau qui a été brûlée devient sensible et doit être traitée comme une peau qui n’a jamais été exposée.
Leur longueur d'onde est courte, la quasi-totalité est filtrée par la couche d'ozone atmosphérique. Des lampes spéciales émettant exclusivement dans cette bande de fréquence sont utilisées dans les hôpitaux pour stériliser le matériel chirurgical. Les lampes utilisées pour le bronzage n'émettent pas ce type de rayonnement. 

J'ai des plaques blanches, est-ce dangereux ? Qu'est-ce que je peux faire ?

Non, ce n’est pas dangereux. Ces plaques blanches sont en général des champignons activés par l’humidité. Assurez-vous que le germicide utilisé est efficace et que les lits de bronzage sont bien nettoyés. Le champignon de peau peut être détruit avec des produits prescrits par les dermatologues. Après traitement, continuez les séances et les taches vont bronzer.

Si les plaques sont situées au visage, sur le buste ou très souvent sur les bras, Les crèmes de base parfumées pour le visage ou pour le corps causent souvent ce genre de tache. Une personne qui "mange sucré" et/ou qui consomme de l’alcool aura aussi tendance à avoir ce genre de taches. N'hesitez pas à nous solliciter afin d'arborer un teint uniformément hâlé.

J'ai des petits boutons rouges sur le buste, qu'est-ce que j'ai ?

Ces petits boutons sont souvent appelés boutons de chaleur et sont causés simplement par la chaleur et l’humidité. Il faut laisser la peau se reposer en sautant une séance et tout redeviendra normal. Si cela se reproduit à chaque séance et persiste, changez de crème. Vous êtes peut-être allergique à un ingrédient contenu dans votre crème de bronzage; sinon consultez votre médecin.

J'ai des points blancs au niveau des omoplates et du fessier, comment cela est-il possible ?

Ces points sont simplement situés sur les points d’appui du corps. Le poids du corps étant concentré sur ces régions, il n’y a donc pas d’oxygène à cet endroit et, sans oxygène, il n’y a pas de bronzage. C'est le principe de l’oxydation qui produit le brunissement de la mélanine. Il est alors conseillé de bouger légèrement pendant votre séance pour éviter de coller à la banquette et laisser passer la ventilation sous son corps, vous pouvez aussi, pour plus de confort, vous mettre sur le côté a quelques reprises durant votre séance.

Pourquoi ai-je des démangeaisons entre les séances et surtout après une séance ?

C’est un signe de déshydratation. Les séances de bronzage sans crème assèchent la peau et peuvent causer des démangeaisons. Il est important d’utiliser une crème hydratante avant la séance et une crème "après soleil" après la séance afin d'hydrater la peau en tout temps et ainsi éviter les démangeaisons.

Est-ce que la pigmentation provoquée par le soleil ou le bronzage en cabine est le même ?

Oui, la seule différence est le temps d'exposition; celui-ci est contrôlé dans les cabines de bronzage et non à l'extérieur. Le résultat obtenu est plus rapide tout en étant moins nocif. Une exposition de 20 minutes en cabine correspond au résultat de bronzage obtenu en environ trois heures au soleil naturel, tout en étant beaucoup plus sécurisant puisque les UV nocifs et les infrarouges sont filtrés, les effets pernicieux du soleil sont donc limités.

Les femmes enceintes peuvent-elles s'exposer au bronzage en cabine ?

Le soleil et la grossesse ne font pas toujours bon ménage. Une hyperpigmentation peut être observée sur le visage au cours de la grossesse. C'est le fameux masque de grossesse qui survient lors d'une exposition solaire.

Le masque de grossesse, ou chloasma, touche 70 % des femmes enceintes à partir du quatrième mois de la grossesse. Il atteint plus volontiers les brunes et prend la forme de plaques pigmentées de couleur marron, souvent symétriques, de forme plus ou moins régulières et bien limitées. Elles sont réparties, en général, sur le front, les tempes et les joues.

Pour prévenir l'apparition du masque de grossesse, une seule règle : éviter de s'exposer au soleil et aux UV après le troisième mois de grossesse.

Devrions-nous porters des lunettes de protection ?

Oui. De plus en plus de scientifiques confirment que l'exposition aux UVB et UVA peut causer des dommages aux yeux. Les UVB provoquent à court terme des blessures aux yeux telles que des brûlures. Les effets à long terme de l'exposition aux UVB ne sont pas encore totalement connus. Les lunettes UV sont obligatoires pour toute séance de bronzage en cabine. Les lunettes de soleil pour l'extérieur ne sont pas appropriées pour le bronzage en cabine.

Pourquoi est-il important de développer un bronzage de base ?

Une exposition modérée aux UV érige une barrière naturelle en guise de protection contre d'éventuelles doses excessives. Les UVB stimulent la production de mélanine, laquelle protège les cellules de la peau. Cette substance absorbe la radiation et épaissit l'épiderme. De cette façon, elle limite le nombre d'UVA pouvant pénétrer le derme (deuxième couche de la peau). Si cette photo-protection (bronzage de base) n'est pas développée et si un filtre solaire n'est pas utilisé, les coups de soleil peuvent survenir atteignant l'ADN de la peau et endommageant les cellules (tissus de la peau). Les cellules endommagées par les coups de soleil répétés se dégénèrent. Et ceci peut être le début d'un cancer de la peau. Il est donc important de protéger sa peau avec un filtre solaire approuvé.

Est-ce que c'est dangereux de garder ses verres de contact lors d'une séance de bronzage ?

Cela est non recommandé, la chaleur pouvant causer l'assèchement des yeux et créer de l'inconfort.

Est-ce que le bronzage en cabine guérit l'acné ?

Non, mais les traitements UVB (photothérapie) abaissent le taux d'éruptions de l'acné. Les individus qui consomment des médicaments contre l'acné contenant de la tétracycline et rétine-A doivent oublier le bronzage en cabine car ce sont des photo-sensibilisants.

Puis-je aller, le même jour, sous le solarium et au soleil ?

C'est ce qu'il faudrait éviter, si possible, afin de ne pas dépasser la dose quotidienne en rayons UV et prendre ainsi un coup de soleil.

Pourquoi est-ce que la peau ne bronze pas uniformément partout ?

La surface interne des bras et des jambes bronze plus difficilement parce qu'elle contient moins de cellules pigmentées que le reste de la peau. Le visage ne bronze pas non plus aussi bien parce qu'il possède une couche cornée plus importante pour le protéger des rayons UV.
Les tâches de rousseur et grains de beauté contiennent beaucoup de pigments de bronzage et foncent donc plus rapidement que le reste du corps. Les parties de peau compressées sont moins bien irriguées. Le manque d'oxygène peut conduire à une diminution de l'intensité des pigments de mélanine. C'est pourquoi les bancs UV ergonomiques proposées par Coin Soleil sont particulièrement bien appropriées pour un bronzage uniforme.

Peut-on se doucher directement après une séance de bronzage ?

La rumeur qui prétend qu'une douche rafraîchissante après une séance de bronzage enlève le bronzage est un véritable préjugé. Le bronzage est un phénomène de synthèse qui a lieu dans la peau et non sur la peau. Prenez soin de votre peau en prenant une douche et en appliquant une crème hydratante – votre bronzage sera alors vraiment mis en valeur.

Combien de temps dure le bronzage ?

Environ 2 à 4 semaines après le dernier bain de soleil. Suite au renouvellement naturel de la peau, les cellules supérieures sont repoussées peu à peu.
Après environ 28 jours, la peau s'est renouvelée. Le bronzage de la peau peut durer plus longtemps grâce à des crèmes solaires spécifiques.

Comment peut-on prolonger le bronzage des vacances ?

Vous pouvez fréquenter un solarium une à deux fois par semaine. Quelques minutes d'exposition suffisent complètement à conserver le bronzage de vos vacances. Coin Soleil vous propose également son soin prolongateur de bronzage qui vous permettra non seulement de conserver votre bronzage mais aussi de l'optimiser (pour en savoir plus, rendez-vous dans notre boutique en ligne).

Peut-on ou doit-on préparer une peau normale au soleil ?

Même si une exposition préalable aux UV artificiels ne protège pas correctement du soleil, le fait de stimuler votre système mélanique vous aidera à bronzer plus rapidement sur votre lieu de vacances, et en plus vous arriverez avec une bonne mine !
Les doses de rayons ultraviolets reçues avant les expositions solaires ne s'additionneront pas aux doses solaires, puisque le début de "photo-protection" provoquée par une préparation ultraviolette diminue la dose reçue au soleil, et ceci sans facteur de durée de cette protection, puisqu'elle est acquise par la peau et dure toute la journée.
Mais attention vous devrez toujours porter une protection solaire suffisante lors de vos expositions au soleil.

Peut-on bronzer à l'ombre ?

C'est tout à fait possible. Le bronzage n'est pas seulement dû à l'exposition directe aux rayons du soleil, mais également au rayonnement secondaire dans l'environnement direct.
Le sable et la neige, par exemple, reflètent très fortement les rayons du soleil. On bronze donc également sous une ombrelle au bord de la mer.

Les gommages exfoliants les couches superficielles de la peau sont-ils bénéfiques ?

Les préparations gommantes, forts utiles pour nettoyer la peau des débuts de pigmentations malsaines et des irrégularités malveillantes, devraient céder la place, dans la semaine précédant les vacances, à des crèmes nutritives n'affinant pas l'épiderme, voire le renforçant.
L'épiderme représente en effet la seule protection durable des couches profondes, plus il est épais, moins les structures dermiques seront touchées par les rayons solaires.
La phase préparatoire aux expositions solaires est au moins aussi fondamentale pour les peaux fragiles et pour l'avenir cutané que la protection solaire sur les lieux d'exposition.

Quels sont les impératifs des expositions solaires ?

Prévenir les coups de soleil et diminuer au maximum les doses reçues par la peau sont les deux impératifs pour tous ceux qui s'exposent au soleil, pour le plaisir, le sport ou le travail.
Pour prévenir les coups de soleil, que vous arriviez bronzé pour affronter le soleil, ou sans pigmentation protectrice, il faut que la peau s'habitue aux nouveaux rayonnements solaires, différents de ceux qui ont provoqué le bronzage.
Vous devrez utiliser vêtements, parasols, filtres solaires. Attention lors de toute exposition, l'on doit retirer tout produit cosmétique photosensibilisant (parfums, déodorants, etc.).
Sous traitement médical, se référer à la notice et demander conseil à son pharmacien, certains médicaments sont photosensibilisants et peuvent provoquer des dégâts importants sous UV.

Utiliser un écran solaire m'empêchera-t-il de bronzer ?

Bien au contraire ! Bien que la couleur de la peau change moins rapidement quand vous portez un écran solaire, le bronzage final n'en sera que plus beau et plus durable ; l'écran solaire empêchera votre peau de brûler et de desquamer. En outre, un bronzage progressif est moins dangereux, plus uniforme et plus durable. N'oubliez pas par ailleurs que les activateurs de Coin Soleil contiennent des ingrédients spéciaux qui stimulent la production naturelle et la distribution uniforme de la mélanine, avec ces soins vous bronzerez plus vite et en toute sécurité!
Attention, ce conseil vaut pour le soleil naturel, en cabine n'utilisez jamais de soin protecteur, mais pensez à préparer votre peau avec les soins spécifique de Coin Soleil (nh'esitez pas à vous renseigner).

Infos / Intox

CE QU’IL FAUT SAVOIR SUR LE BRONZAGE NATUREL OU ARTIFICIEL

Le soleil en cabine est plus nocif que le soleil naturel : FAUX

En cabine les rayons les plus nocifs sont filtrés. Pour obtenir le même résultat esthétique que 20 minutes en cabine UV, il faudrait vous exposer environ 1 heure et demie au soleil des plages du sud de la France, mais vous auriez alors un risque de brûlure multiplié par 12 !

Si le rayonnement artificiel vient d’être classifié comme «agent cancérigène », rappelons que le rayonnement solaire l’était déjà classé depuis 1992. On retrouve également dans cette catégorie d’agent cancérigène, des agents extrêmement dangereux comme l’arsenic ou le gaz moutarde, mais aussi des agents ne faisant courir que de faibles risques comme le vin rouge, la bière, le poisson salé ou la pilule contraceptive.

Il parait qu’une séance de bronzage c’est aussi dangereux que 3 heures de soleil sous les tropiques : FAUX

L’éclairement total reçu par la peau en 3 heures sous le soleil des tropiques est 10 fois supérieur à celui reçu en 20 minutes d’exposition en cabine !

Les UV en cabine ne préparent pas la peau au soleil : FAUX

Il est aujourd’hui scientifiquement prouvé que l’utilisation des cabines de bronzage prépare bel et bien la peau avant une exposition au soleil.

En faisant des séances de bronzage en cabine pendant une à deux semaine(s) avant le départ en vacances l’épiderme génère un facteur protecteur efficace qui peut protéger des coups de soleil sur le lieu de vacances.

Montrons le processus de ce phénomène naturel à l’appui d’études scientifiques : C’est au cours d’une étude menée à l’université technique de Munich (clinique et polyclinique, service de dermatologie et d’allergologie à Biedersteins, sous la direction du Professeur Dieter Abeck) que des participants ont testé un solarium sur une période de six semaines (67 femmes et 32 hommes entre 18 et 30 ans). Les durées des expositions ont varié de sept à dix minutes. Avant, pendant et après les bains de soleil, la couleur de la peau et le métabolisme des personnes testées ont été mesurés. Le résultat de l’étude a confirmé que la peau génère une couche protectrice autonome lors de l’application de rayons UV en épaississant et en colorant la peau. De plus certains acides sont produits en plus grande quantité par l’organisme pour protéger la peau des coups de soleils. De cette manière, la peau peut être préparée aux vacances de manière optimale grâce à quelques séances de bronzage en solarium. Elle est déjà brunie et n’est plus aussi sensible grâce au facteur protecteur naturel qu’elle a générée.

Tous les types de peaux sont égaux devant le risque de cancer cutané : FAUX

Les cas de mélanome touchent essentiellement les personnes présentant un environnement familial/génétique défavorable, les personnes de peau très claire, tâches de rousseur, cheveux blonds ou roux, et les personnes présentant un grand nombre de grains de beauté mégalocytaires. D’autres facteurs peuvent également contribuer à l’augmentation du risque de mélanome : des expositions solaires excessives et répétées et des surexpositions durant l’enfance.

On ne doit pas dépasser 10 séances de bronzage par an : FAUX

La réglementation française est l’une des plus strictes au monde. Elle recommande des plans de bronzage de 33 à 60 séances maximum par an, selon la durée d’exposition et le type de peau. Le ministre de la Santé est intervenu le 30 juillet 2009 en précisant qu’il n’y avait pas lieu de remettre en question cette réglementation.

Les centres de bronzage UV sont en libre-service : FAUX

En France la réglementation de 1997 ordonne que « Les appareils de bronzage ne peuvent être mis à disposition du public que sous la surveillance d’un personnel qualifié».

La réglementation française n’est pas suffisamment stricte : FAUX

La France bénéficie depuis 1997 d’une réglementation extrêmement stricte. Cette reglementation a été renforcée en 2014

Cette règlementation a permis d’écarter l’ensemble des sujets qui pourraient rencontrer d’éventuels problèmes de santé liés à l’utilisation des bancs solaires.

Cette réglementation, entres autres points :

- définit un rayonnement filtré des appareils avec une puissance limitée pour éviter tout risque d’altération des cellules de la peau,

- interdit l’accès des cabines aux mineurs (qui ont la peau plus fragile),

- définit les règles d’utilisation,

- définit les plans de bronzage maximaux (15 Kj/m2, soit un maximum 33 à 60 séances/an en fonction du type de peau et des durées d’exposition).

- interdit la vente de solariums aux particuliers

Cette réglementation est néanmoins inéquitable puisqu’elle impose d’informer sur les risques potentiels des UV mais interdit aux professionnels de faire état des bienfaits des UV en cabine pour la santé (bienfaits pourtant incontestables scientifiquement) dissimulant ainsi une partie de l’information au public.

En janvier 2007, l’Europe, quant à elle, a publié des recommandations, devant être appliquées au plus tard en juillet 2007. Ces recommandations sont toutefois nettement moins exigeantes que le texte français de 1997.

En effet, l’Europe recommande notamment un plan de bronzage maximum limité à 30 KJoule /an, soit le double de ce qu’impose la réglementation française !